"Écrivain, tel est mon mot préféré..."

Par Galley Kokouvi Dzifa, bibliothèque ambulante de l’ATAILE (Association Togolaise des Auteurs et Illustrateurs de Livres pour Enfants), Lomé (Togo)

Écrivain, tel est mon mot préféré. J’ai toujours admiré les écrivains depuis ma plus tendre enfance. Pour moi, ce sont des dieux, des hommes au-dessus de la norme. Ce mot cache aussi un autre sens pour moi : écri-vain. Ceux qui écrivent, en vain, qui jamais ne seront connus, sauf peut-être après leur mort…

J’étais en cinquième et j’avais un ami qui, à l’époque, écrivait des romans en français. J’avais très envie d’écrire comme lui. Mais je n’y arrivais pas. Ce rêve m’a possédé toujours et encore. J’ai commencé à lire plus que d’habitude et, en seconde, j’ai écrit mon premier poème. Pas terrible mais ce fut le début de ma vie d’auteur. Quels mots me manquent ? Aucun. Parfois, il y a des mots que je ne peux traduire du mina en français, et vice versa. C’est aussi la poésie des langues !