Comment choisir des documents numériques pour la jeunesse

Par Jonathan Paul, responsable du comité "Applications numériques" du CNLJ - BnF

Photo de Jonathan Paul

 

Mettre en place une veille efficace de l’offre numérique en livres, applications et jeux destinés à la jeunesse peut sembler une tâche insurmontable. Il s’agit rien de moins que de repérer le meilleur de la production parmi les millions d’applis et d’ebooks disponibles sur quatre plateformes de téléchargement concurrentes (l’ITunes Store d’Apple, le Google Play Store, Le Kindle Store d’Amazon  et le Windows Store de Microsoft), sans parler des dizaines de bibliothèques numériques disponibles sur la toile. Et l’on doit ajouter à cela la difficulté de s’y retrouver dans les différentes plateformes, l’offre pouvant être sensiblement différente entre elles, voire à l’intérieur d’un même store selon le pays.

 

 

Page d’accueil de la catégorie « Enfants » sur l’Appstore (capture prise le 17/03/15).

Certes, les stores proposent des typologies et des classements pour guider le client potentiel. Ainsi, Apple  a créé en 2013 une catégorie « Enfants » pour ses applis ; par ailleurs, les livres pour la jeunesse proposés dans son iBookstore peuvent rentrer dans des catégories telles que « BD et romans graphiques, « Education, « Enfants » ou encore « Jeunes adultes ». Pour autant, se fier aux sélections mises en avant sur une plateforme peut se révéler hasardeux : nous avons constaté une forte présence d’applis uniquement en anglais, un renouvellement aléatoire des sélections, voire une présence persistante de simples produits dérivés (de qualité discutable) à la gloire de séries télévisées, dessins animés ou chanteuses populaires.

Ceci étant, sans prétendre à l’exhaustivité, il est possible de mettre en place des outils de veille permettant de repérer, dans le flot d’une production pléthorique, des corpus de livres numériques ou d’applications. En raison de l’engouement réel des adultes acheteurs (parents, écoles, institutions…) pour l’offre numérique destinée à la jeunesse, des sites de repérage plus ou moins spécialisés fleurissent sur le Net. Par ailleurs, les salons professionnels s’intéressent à ces médias et des structures publiques ou privées font découvrir les cultures numériques. Les bibliothèques elles-mêmes se sont emparées de la question, et proposent des sélections d’ebooks, d’applis et même de bibliothèques numériques.  Ce sont ces quatre types de sources potentielles de veille que nous détaillerons. « Une sélection de ressources numériques françaises et internationales pour la jeunesse ».

1. Les sélections issues du travail de veille et de critique émanant de bibliothèques

Peu d’outils critiques de veille émanant de bibliothèques sont consacrés aux applications et livres numériques. Non que les bibliothèques ne s’y intéressent pas mais, contrairement à ce qui se passe pour l’édition traditionnelle, elles ne sont guère perçues par les éditeurs numériques comme des prescripteurs naturels. Il est donc plus compliqué pour elles de recevoir régulièrement des communiqués de parution, ou encore de recevoir des codes promotionnels permettant de tester les nouveautés. On peut cependant relever plusieurs initiatives :

Couverture du n° 265 de la RLPE

La Revue des livres pour enfants, publication française de référence autour de la littérature et les bibliothèques pour la jeunesse, avait consacré en 2012 un dossier complet à l’offre numérique et les bibliothèques pour la jeunesse. Depuis l’automne 2013, dans le cadre de son activité critique, elle propose une rubrique dédiée aux applications et livres numériques enrichis. Tous les ans, le numéro de sélection annuelle de la Revue met en valeur les ebooks et applis les plus appréciés par ses collaborateurs. Par ailleurs, pour tous les livres inclus dans ses sélections, l’existence d’une version numérique « à l’identique » est mentionnée. À l’heure actuelle, la sélection d’ebooks et applis n’est consultable que dans les numéros imprimés de cette revue ; il est cependant prévu à terme d’en offrir un aperçu sur le site web du Centre national de la littérature pour la jeunesse.

La petite Bibliothèque Ronde

La Petite Bibliothèque Ronde, ancienne bibliothèque de La Joie par les livres, est une bibliothèque pour enfants située à Clamart, en banlieue parisienne. Cette structure associative effectue un gros travail d’accès et de médiation à toutes les cultures auprès des jeunes publics. Dans ce cadre, elle « souhaite valoriser les possibilités de médiation des applications proposées aux jeunes publics »1

Ainsi, elle a créé Bibapps, une plateforme en ligne recensant des applications numériques, passées au spectre de trois critères : 1) les animations possibles à partir de l’application 2) la qualité de l’application 3) son niveau d’accessibilité. Cette sélection est mise à jour continuellement selon une grille qui a été élaborée par des professionnels de différents horizons : créateurs du numérique, bibliothécaires, animateurs…

La médiathèque d’Aulnay-sous-Bois, en région parisienne, s’est dotée d’un blog consacré aux ressources et à l’actualité du numérique. On notera la présence d’une rubrique « Applis » proposant un focus sur les e-books, applis ou même les sites web ayant retenu l’attention des bibliothécaires du réseau. La rubrique « Ateliers numériques » donne une idée des animations mises en place par cette médiathèque.

Enfin, au sein des bibliothèques de la Ville de Paris, un comité de veille consacré aux ebooks et aux applis s’est récemment créé.  Destiné à aider les bibliothécaires des différentes médiathèques du réseau dans leur choix d’acquisition et de valorisation, il a déjà publié une première sélection consultable en ligne.

On le constate, les bibliothèques s’organisent peu à peu pour constituer une offre numérique et la proposer à leurs publics. Pour se tenir au courant des initiatives qui ne manqueront pas de fleurir dans les mois à venir, ainsi que des questions d’ordre pratique, juridique ou tout simplement relatives à l’offre à mettre en place, signalons qu’un groupe Facebook intitulé « Tablettes en bibliothèques » s’est récemment constitué. Composé essentiellement de bibliothécaires français, il ne demande qu’à être enrichi des retours d’expérience venant d’autres horizons.

2. Les sites et les blogs spécialisés

On ne s’étonnera pas que le signalement et la critique de livres et d’applis numériques aient principalement fleuri sur Internet. De nombreux journalistes ou spécialistes du numérique considèrent la toile comme le média le plus approprié pour rendre compte de l’actualité dans ce domaine. Il serait impossible de recenser tous les sites et blogs spécialisés existant actuellement. La recension qui suit, limitée aux sites spécialisés dans l’offre pour la jeunesse, permettra néanmoins de se faire une idée des nouveautés parues.

Numerikids, fondé en 2007, est l’un des sites les plus complets pour ce qui est de l’offre numérique destinée aux enfants. Créé par un trio de journalistes spécialisés et blogueurs, il permet de se tenir au courant des nouveautés concernant les jeux vidéo sur ordinateurs, consoles et tablettes, les applications et les livres numériques, mais aussi les sites web destinés aux jeunes publics. Il contient aussi une partie « blog », consacrée à l’actualité du domaine.

Il existe plusieurs blogs français dédiés aux applications et ebooks pour enfants. Citons :

  • La Souris grise, fondé en 2010 par Laure Deschamps, ancienne journaliste spécialiste du Web ;
  • Declickids, fondé en 2011 par Nathalie Colombier, issue du monde de l’édition numérique ; ce blog signale régulièrement des sites web destinés aux enfants ;
  • Super-Julie, créé par Julie Kuhn, enseignante ;
  • mais aussi La sauterelle tactile, App-enfant,  App’kid et bien d’autres encore.

Les créateurs de ces différents sites viennent d’horizons divers : professionnels du numérique, journalistes spécialisés, enseignants qui tous mettent en avant leur propre expérience de parents. Bien évidemment, la lecture de leurs critiques ne saurait remplacer l’expérimentation personnelle. On l’a vu, ces blogs ne sont pas rédigés par des bibliothécaires et la qualité de leur appréciation peut varier. En revanche, ils demeurent des outils précieux de veille.

3. Les sélections des salons professionnels

Les outils de veille signalés jusqu’à présent s’adressent principalement à un public français et se concentrent sur l’offre disponible dans l’Hexagone. Les salons internationaux du livre de jeunesse permettent de s’ouvrir sur la production et les initiatives du monde entier.

My very Hungry Caterpillar, lauréat 2015 des BolognaDigital Ragazzi Awards

Ainsi la Foire internationale du livre pour enfants de Bologne inclut le numérique, avec sa zone d’exposition dédiée, la Digital Area, et des séminaires, des rencontres et des présentations consacrés à l’édition numérique pour enfants. Par ailleurs, et parallèlement aux BolognaRagazzi Awards, la Foire de Bologne décerne des prix, le BolognaRagazzi Digital Awards, qui en sont à leur cinquième édition en 2015. Ces prix récompensent des applis ou ebooks pour des enfants de 2 à 15 ans.  En 2015, parmi plus de 250 créations provenant de 48 pays différents, un jury international composé d’illustrateurs et de professionnels du monde de l’édition numérique a récompensé l’appli My very hungry caterpillar, adapté de l’album d’Eric Carle. À noter que sur le site Internet de la Foire de Bologne, outre les noms des applis « nominées », la liste complète des candidats aux prix est publiée pays par pays. Tout ceci se révèle fort utile pour une veille internationale, avec le risque concomitant de frustration en découvrant que tel livre numérique… n’est pas disponible dans son propre pays ni dans sa propre langue2.

Dans une perspective plus française, même si l’édition française publie évidemment des traductions, le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil comporte depuis plusieurs années un espace numérique, ou des éditeurs et des studios de développement spécialisés proposent des démonstrations de leurs projets ou réalisations récentes. Par ailleurs, les prix « Pépites » du Salon se sont enrichis depuis 2012 d’une « Pépite de la création numérique », récompensant une œuvre numérique pour la jeunesse, ebook, appli ou même jeu, comme le prouve la consécration en 2014 du jeu d’origine tchèque Botanicula. Il existe par ailleurs un comité de lecture numérique du Salon, composé de professionnels du livre et de la médiation, qui met en ligne sur le portail Popapp une sélection d’œuvres littéraires jeunesse,  mise à jour deux à trois fois par an.

4. Pour aller plus loin : des structures d’incubation du numérique

Ce panorama d’outils pour une veille et une sélection du numérique ne serait pas complet sans la mention de structures spécialisées dans l’art, la littérature et la culture numériques. A la fois lieux d’incubation des créations, lieux d’échange et de réflexion sur les problématiques dans ce domaine, elles entendent aussi jouer un rôle de découvreur et de passeur entre les créateurs et le grand public. Des ateliers, rencontres et présentations d’œuvres numériques, pour adultes comme pour enfants, sont régulièrement organisés au sein de ces structures.

Ainsi, Le Cube, situé à Issy-les-Moulineaux, en région parisienne, propose à destination des publics jeunes et scolaires « des actions de d’éducation numérique sur le territoire à travers des projets mêlant pédagogie et innovation. » De même, La Gaîté Lyrique, à Paris, propose régulièrement aux jeunes et aux familles des séances de découvertes d’applications sur tablette, parmi les plus récentes, parfois avant même leur commercialisation.

Bien entendu, ces deux lieux peuvent sembler d’un intérêt limité si l’on en est éloigné géographiquement. Il n’est cependant pas inutile de consulter régulièrement leur programme d’animation, ainsi que les créations mises en valeur, afin de se tenir au courant des innovations et des tendances récentes.

Notes et références

1. Page « A propos » du portail Bibapps.

2. Ainsi sur les 15 applis et e-books figurant sur la liste d’honneur, seules 4 existent en version française.


Pour aller plus loin

Après avoir travaillé pendant six ans en bibliothèque universitaire, Jonathan Paul a rejoint en 2012 le Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ) à la Bibliothèque nationale de France. Il coordonne le comité de lecture de La Revue des livres pour enfants consacré aux applications et aux livres numériques ainsi que celui étudiant les documentaires.Il est le webmaster du site du CNLJ.