Étiquette : Liban -- 1975-1990 (Guerre civile)


Notice bibliographique

Romans — Monde Arabe

[L’Oiseau phénix]

طائر الفينيق

Auteur(s) : Mansour Eid
Âge de lecture : À partir de 13 ans

01 juin 2017

En pleine guerre civile libanaise, Bernard, journaliste français, arrive à Beyrouth pour couvrir les événements. En première ligne durant l’attaque de Damour, une ville à 20 km au Nord de la capitale, il entend la voix d’une fillette qui appelle « Papa ! Papa ! » de sous les décombres d’une maison. Bernard sort la petite fille des gravats, complètement bouleversé : quelques temps plus tôt, sa femme et sa fille sont mortes dans un accident de voiture, cet appel le touche donc au plus profond de son être.

HC

› Accédez à l'intégralité de la notice


Notice bibliographique

Bandes dessinées — Monde Arabe

Coup de cœur

Laban et confiture

ou comment ma mère est devenue Libanaise

Auteur(s) : Léna Merhej
Âge de lecture : À partir de 12 ans
Traducteur(s) : Simona Gabrieli, Marianne Babut

24 novembre 2015

Une très bonne nouvelle : مربّى ولبن أو كيف أصبحت أمّي لبنانية, pour lequel nous avions eu un coup de cœur et que nous avions présenté dans Takam Tikou, a été traduit en français et publié par l’association Alifbata, qui veut promouvoir la bande dessinée du Monde arabe en la traduisant en français. Et cet ouvrage est un bel exemple de réussite !

HC

› Accédez à l'intégralité de la notice


Article de dossier

Zeina Abirached et les images de Beyrouth

10 mars 2011

« On est quand même, peut-être, plus ou moins en sécurité ici ». En visionnant, sur le site de l’Institut national de l’audiovisuel, un reportage tourné en 1984 au sujet de la ligne de démarcation de Beyrouth, Zeina Abirached découvre sa grand-mère répondant, par ces mots, aux questions des journalistes. C’est cette phrase, bouleversante, qui va inciter Zeina à raconter l’histoire de son enfance en pleine guerre civile au Liban dans Mourir partir revenir, le jeu des hirondelles (Éditions Cambourakis, 2007). Cet album, qui va immédiatement la faire connaître, n’est qu’une facette d’une œuvre largement marquée par le temps de l’enfance, la guerre et la ville de Beyrouth…

Des cheveux bouclés qui partent dans tous les sens, un sourire éclatant, une gestuelle animée toute méditerranéenne, un abord chaleureux et simple : rencontre avec Zeina Abirached.

Hasmig Chahinian

› Accédez à l'intégralité de l'article