Documentaires — Afrique

La Grande causerie du crépuscule, Touba et le Baay Fall de Bamba, Le Grand face à face, L’Exil de Bamba

Langue : français

Auteur : Assane Mboup
Illustrateur : Laye Samb
Lieu d'édition : Dakar
Éditeur : Oxyzone
Année d'édition : 2010
Collection : Et si grand-père nous parlait de Bamba
Nombre de pages : 26 p.
Illustration : Couleur
Format : 21 x 15 cm
ISBN : 978-2-916948-16-4, 978-2-916948-17-1, 978-2-916948-18-8, 978-2-916948-19-5
Âge de lecture : À partir de 9 ans
Prix : 3000 CFA, 10 € chaque livre

Cette collection de six livres (dont deux à paraître) raconte la vie d’Ahmadou Bamba (1853-1927), fondateur de l’importante confrérie mouride, qui associe à l’Islam des traits culturels wolof. L’auteur lui avait consacré en 2004 un livre pour adultes, Le Parcours inédit du Serviteur Cheikh Ahmadou Bamba (Grande Imprimerie Africaine). Le mouridisme, très important au Sénégal et dans la diaspora, vénère Bamba, dont ces ouvrages à caractère hagiographique résument les enseignements, encourageant les enfants du monde entier à les suivre. Ils sont préfacés par des « Serignes » (chefs mourides) qui soulignent les valeurs prônées par Bamba : amour de Dieu, paix, pardon, respect, solidarité, non violence…

Le propos est construit sous forme de causeries au village entre Grand-père et des enfants qui lui demandent qui est ce Maam Bamba dont le nom et la photo sont partout. Chaque livre – chaque soirée – présente une étape de la vie de Bamba : la naissance, les parents, l’enfance ; les débuts de son enseignement, la fondation de la ville de Touba et le rôle d’Ibrahima Fall (fondateur d’une des branches du mouridisme) ; son arrestation par le pouvoir colonial français et son « procès » à Saint-Louis ; son voyage au Gabon et son exil de huit ans.

La narration – émaillée de phrases en wolof, traduites – en est efficace et on suit agréablement la vie du protagoniste, ainsi que la vie quotidienne au village. La forme dialoguée, très présente, convient bien ; les questions des enfants au Grand-père sonnent vrai, dans leur (im)pertinence et c’est un mérite de ces ouvrages que d’encourager les enfants à poser des questions – les réponses à leur incrédulité par rapport aux épisodes miraculeux vont toujours dans le sens que, « avec Dieu, tout est possible ».

L’illustration, vivante et gaie, occupe une large place, dans une impression sur papier glacé épais. La collection a bénéficié du Fonds d’aide à l’édition du ministère sénégalais de la Culture dont le site indique que maisons d’édition et auteurs sénégalais peuvent solliciter cette aide.

VQ