Adiós Viviana...

Photographie de Viviana Quiñones

Nous avons appris avec une immense tristesse la nouvelle de la mort de notre collègue et amie Viviana Quiñones, tenue éloignée de la BnF - Bibliothèque nationale de France par une longue maladie depuis plus de deux ans.
 

Entrée à la Joie par les livres en 1987, Viviana avait rejoint la BnF en 2008 à l’occasion de l’arrivée de La Joie par les livres au département Littérature et art. Depuis plus de 30 ans elle œuvrait avec un engagement entier et passionné pour le développement de la lecture et la promotion de la littérature pour la jeunesse en particulier en Afrique sub-saharienne.

Viviana avait co-fondé la revue Takam Tikou avec Marie Laurentin en 1989, au sein du secteur interculturel de La Joie par les livres. Le secteur animait notamment un réseau de lecture critique et d'échanges dans des bibliothèques d'Afrique sub-saharienne, pour réfléchir à la constitution des fonds de livres dans ces structures. Parallèlement, la revue élargissait son champ d'action au Monde arabe, la Caraïbe et l'océan Indien.

Viviana était à l’origine de très nombreux articles, interviews, recensions critiques qui témoignaient de sa profonde connaissance des enjeux du développement de la lecture. Très investie dans la formation professionnelle, elle était habitée par la nécessité de la transmission.

Plus largement, Viviana Quiñones s’est fortement engagée à l’international, notamment au sein de l’IFLA (International Federation of Library Associations and Institutions) où son investissement au sein de la section jeunesse, puis en tant que présidente de division et enfin membre du Board est connu de tous.

Son ouverture à l'autre avec ses différences, son sens de l'humain, son engagement militant et profond pour défendre les causes et les actions qu'elle trouvait justes, ont marqué chaque personne qu'elle a côtoyée au sein d'un vaste réseau personnel et professionnel.

D’origine argentine, passionnée par la littérature pour la jeunesse, la lecture… et le football, notre amie a rejoint Diego Maradona et Quino. Sa force de conviction, son enthousiasme et son professionnalisme nous manquent.


Étiquettes