Romans — Afrique

Côte d’Ivoire : Le pays déchiré de mon grand-père

Langue : français

Auteur : Sylvie Bocquet N’guessan
Lieu d'édition : Paris (France)
Éditeur : L’Harmattan
Année d'édition : 2012
Nombre de pages : 84 p.
Format : 21 x 14 cm
ISBN : 978-2-296-99609-0
Âge de lecture : À partir de 10 ans
Prix : 10,50 €

carte de la Côte d'Ivoire jaune déchirée en deux sur fond rouge

Sous la forme d’un journal intime, Marguerite, une lycéenne française raconte le déroulement des événements politiques récents en Côte d’Ivoire. En décembre 2010, les élections présidentielles conduisent à une situation compliquée : le président en place, « Laurent G. », estime avoir été légitimement reconduit par la voie des urnes, tandis qu’au vu des mêmes résultats, son challenger, « Alassane O. », s’estime vainqueur. Coupé en deux en raison de l’adhésion à un leader ou à un autre, le pays connaît une période de troubles qui affecte la famille de la narratrice. En effet, son grand-père maternel est ivoirien et vit à Abidjan. Au fur et à mesure que la situation s’aggrave, les partisans d’« Alassane O. » affrontent ceux de « Laurent G. » Le premier est installé dans le plus grand hôtel de la ville, le second retranché à la présidence. Le conflit prend une dimension internationale lorsque la France, mandatée par l’ONU, intervient pour déloger Laurent G., sur ordre du président « Nicolas S. ».

Par Skype, mails et téléphone mobile, la famille française de « papa Yao » – et sa fille en particulier, la mère de la narratrice – suivent les tracas infligés au grand-père. En tant que partisan de l’ancien président, il fait partie des intellectuels en danger et doit quitter le pays. Deux ans plus tard, la famille toute entière se prépare à aller lui rendre visite au Ghana, sa nouvelle terre d’accueil et d’exil.

À travers les émotions de la narratrice lors de la relation qu’elle fait des événements, le lecteur est embarqué dans une vision inattendue des faits – le contrepoint exact de la position « pro Ouattara » globalement défendue par les médias durant toute la période en question. L’auteure réussit ce faisant un joli tour de force : plonger par la petite porte de l’intimité au cœur d’un événement de politique internationale. De plus, elle renouvelle également le genre du journal intime en faisant appel à Skype, Internet, et téléphone portable. On a vraiment envie de suivre cette jeune fille et on espère avec elle, le cœur battant, que son grand-père s’en sortira.

KB


Étiquettes