Documentaires — Afrique

La Légende de l’Abyssa

Langue : français

Auteur : Claire Porquet
Illustrateur : [nom non mentionné]
Lieu d'édition : Abidjan (Côte-d’Ivoire)
Éditeur : NEI/CEDA
Année d'édition : 2011
Nombre de pages : 157 p.
Illustration : Noir et blanc
Format : 18 x 11 cm
ISBN : 978-2-84487-459-7 (NEI), 978-2-86394-671-8 (CEDA)
Âge de lecture : À partir de 12 ans
Prix : 4,76 €

hommes et femmes qui dancent, homme qui joue du tambour

Ce texte plonge le lecteur dans l’univers des N’zima Kotoko. Ce peuple du sud-est de la Côte d’Ivoire, issu du groupe Akan, se rassemble chaque année à Grand-Bassam à l’occasion d’un festival, l’Abyssa. Cette fête de réjouissance populaire et de réconciliation est aussi destinée à apaiser les conflits et les tensions au sein de la communauté. Elle prône les retrouvailles, autour du Roi, de l’ensemble des sept familles composant le peuple N’zima. 

L’auteur a choisi d’aborder ce sujet au travers d’un roman à vocation initiatique, plaçant une famille au cœur de ces fêtes pour mieux nous faire découvrir le monde et les traditions des N’zima. 

Après une préface par le roi des N’zima Kotoko et une présentation pédagogique, commence le récit de la légende de l’Abyssa par l’un des personnages, lors d’une veillée à Abidjan. Le voyage de cette famille jusqu’à Grand-Bassam et sa participation aux différents événements sont autant d’étapes qui permettent au lecteur de suivre et de comprendre les rites et coutumes de purification, de repentance et de pardon mutuel, en vue de rétablir l’équilibre social et politique de la communauté. Ainsi, les chapitres s’égrainent au fil des manifestations qui se déroulent au cours des deux semaines de festivité.

On sent chez Claire Porquet, institutrice pendant près de 30 ans, puis conceptrice de manuels scolaires pour le Gouvernement ivoirien, un souci pédagogique constant. Le dernier volet de l’ouvrage, « Comprendre la légende de l’Abyssa », est d’ailleurs consacré à l’analyse du texte : chaque chapitre est repris, questions à l’appui, pour permettre une parfaite compréhension du sujet par les élèves. Un bon exemple de roman à portée éducative, à la fois instructif et plaisant. L’auteur s’était déjà essayée à que l’on pourrait appeler « roman documentaire » dans La Plantation de Grand-père et dans Cri de douleur.

MD


Étiquettes