Romans — Afrique

Les Saï-Saï et le bateau fantôme

Langue : français

Auteur : Kidi Bebey
Lieu d'édition : Vanves (France)
Éditeur : Edicef
Année d'édition : 2011
Collection : Buzz
Nombre de pages : 141 p.
Format : 18 x 13 cm
ISBN : 978-2-7531-0536-2
Âge de lecture : À partir de 9 ans
Prix : 4,25 €. Diffusion Hachette-Livre

couverture de : Les Sai-Sai et le bâteau fantôme

Les adultes nostalgiques de leurs lectures d’enfance ont de la chance, voici un nouveau « Club des Cinq », la fameuse série de Enid Blyton. Quant aux jeunes lecteurs, ils pourraient bien, eux aussi, tomber dans le piège délectable de l’aventure en série. Les Saï-Saï sont quatre amis, lycéens, auxquels aucun mystère ne résiste. Ils foncent tête baissée dans l’aventure et sont, à chaque fois, bien près d’y laisser leur peau, si un grand frère n’était toujours prêt à leur prêter main forte.

Les traits de caractère des héros – deux filles, deux garçons – sont donnés au début de chaque récit ce qui permet de rentrer directement dans l’action. L’un est fonceur, l’autre réfléchi, l’une sportive, l’autre handicapée et courageuse. Leurs aventures se passent, de préférence, pendant les vacances scolaires.
Ils ont beau être lycéens, leurs préoccupations ne sont pas celles prêtées habituellement à des adolescents. Ils gèrent leurs aventures comme rêveraient de le faire leurs petits lecteurs (le livre est donné pour des enfants à partir de 8 ans). Les histoires sont tout aussi invraisemblables que dans les séries traditionnelles de notre enfance, mais les jeunes lecteurs n’y trouveront probablement rien à redire.
Kidi Bebey a la plume alerte. Elle cuisine la recette des séries avec son talent habituel, ancrant ses intrigues dans les problèmes ou les rêves des enfants. Elle donne l’impression d’avoir pris beaucoup de plaisir à créer cette série.

Dans ce premier titre, Kidi Bebey nous transporte dans un village de pêcheurs où d’étranges choses se passent. Dès le premier chapitre, le plus aventureux de la bande, celui qui voudrait être aussi courageux que son homonyme Chaka, est témoin d’un phénomène mystérieux, hallucinant, qui le fait détaler comme un lapin. Comment les quatre compères vont-ils venir à bout de ce mystère ? Quel rapport y a-t-il entre cette vision et la disparition d’un jeune du village ? On rentre petit à petit dans les légendes, les superstitions, mais nos quatre amis n’ont pas l’intention de s’en laisser conter. À l’encontre de tous les conseils de bons sens, ils vont aller au-delà du raisonnable et s’exposer au pire… Bien sûr, l’histoire n’a aucune vraisemblance et la psychologie des personnages est sommaire, mais nous ne sommes ni dans un roman social ni dans un roman psychologique. Kidi Bebey, avec élégance, préserve le sens de l’aventure…

MPH