Documentaires — Afrique

Lucha

Chronique d'une révolution sans armes au Congo

Langue : français

Auteur : Justine Brabant
Illustrateur : Annick Kamgang
Lieu d'édition : Saint-Avertin
Éditeur : La Boîte à Bulles
Année d'édition : 2018
Collection : Amnesty International / La Boîte à Bulles
Nombre de pages : 95 p.
Illustration : Couleur
Format : 24 x 17 cm
ISBN : 978-2-84953-303-1
Âge de lecture : À partir de 14 ans
Prix : 16 €

Un conflit entre un group de personnes et la police.

Lucha est un mouvement de contestation issu de la société civile, né en 2012 à Goma en République démocratique du Congo, et qui se réclame de l'héritage de Patrice Lumumba. Cette BD (publiée en feuilleton sur le site de Jeune Afrique, où on peut encore la lire) paraît chez La Boîte à bulles sous le patronage d'Amnesty International qui en a assuré la postface, et préfacée par Angélique Kidjo, chanteuse célèbre mais aussi ambassadrice de bonne volonté de l'Unicef et ambassadrice de conscience d'Amnesty International. Elle est complétée par un texte de Fadel Barro, coordonnateur du mouvement sénégalais Y'en a marre.

En un prologue, sept chapitres et un épilogue, la bande dessinée retrace les origines historiques, la naissance et l'évolution de Lucha, ses objectifs, ses valeurs, ses actions et la répression sévère à laquelle elle se heurte. Le passé (colonisation par la Belgique puis décolonisation) est exposé rapidement, pour arriver à l'émergence du mouvement dans un contexte de corruption généralisée, d’inégalités dans l'accès à l'eau potable et à l'éducation, de rôle ambigu de l'église catholique. La prise de conscience de ses initiateurs débouche sur un mouvement se revendiquant de la non-violence, du refus du culte de la personnalité et des structurations trop rigides. Il est en cela proche des valeurs modernes des printemps arabes ou des différents mouvements « Occupy ». Lucha établit des liens avec des mouvements comparables, comme Y'en a marre au Sénégal ou Le Balai citoyen au Burkina Faso.

Le mouvement va prendre de l'ampleur et se heurter à la répression menée à son encontre par les autorités. Plusieurs de ses dirigeants seront arrêtés, torturés et incarcérés, mais le combat continue et se porte maintenant sur la dénonciation des exactions commises par les groupes armés et sur le déni de démocratie en RDC. Lucha a obtenu en 2016 le prix Ambassadeur de Conscience, attribué par Amnesty International.

Il s'agit ici d'un documentaire militant. Le propos est sérieux, le texte est abondant, le noir et blanc des illustrations (de grande qualité) renforce l'aspect assez austère de l'ensemble. Les auteures cherchent à échapper à la langue de bois trop souvent propre au genre, et n'éludent pas les problèmes rencontrés par Lucha au-delà de la répression : la difficulté de passer des initiatives individuelles à un mouvement plus massif, l'échec des tentatives d'alliance avec les partis d'opposition traditionnels, le reproche qui lui est fait de regrouper des membres issus des élites éduquées et non de la base. Elles n'en soulignent pas moins l'espoir suscité par l'émergence d'une troisième voie, alternative à l'autocratie des pouvoirs publics et à la terreur organisée par les bandes armées. À conseiller à des adolescents bons lecteurs.

CR