Livres d’images — Afrique

Mai korar aljannu = Le Chasseur de génies

Karambana infirmière

Langue : français, hausa

Auteur : Moustapha Bello Marka
Illustrateur : Mahamadou Boukari dit Bahari
Lieu d'édition : Niamey
Éditeur : Albasa & Granit
Distributeur : Editions Gashingo
Année d'édition : 2017
Collection : Karambana
Nombre de pages : 31 p.
Illustration : Couleur
Format : 21 x 20 cm
ISBN : 979-10-94526-30-9
Âge de lecture : À partir de 10 ans

Une femme en robe blanche tient un bébé dans ses bras et à côté il y a un homme

La 2ème de couverture de cet album présente les 13 titres de la collection Karambana précédant celui-ci (et nous apprend que La Recherche du savoir présenté plus haut en est le deuxième). La 3ème de couverture, elle, en annonce quatre à venir. Le succès de la série est certainement dû aux qualités de ses auteurs : le duo Bahari & Bello s'illustre à travers de nombreuses publications avec un égal talent.

Le Chasseur de géniescommence comme un conte traditionnel classique : les enfants du village de Kunkumi tombent malades, l'herboriste est impuissant ; il faut faire appel au féticheur, qui exigera pour intervenir qu'un enfant soit sacrifié aux génies. Plane aussi le souvenir de la disparition de Sarai, enlevée par un génie à la flûte (voir La Recherche du savoir). Coup de théâtre : un quatre-quatre blanc arrive à grand fracas dans le village, et c'est Sarai, dite Karambana, qui en descend. Du coup, le ton change du tout au tout. Sarai , devenue infirmière, parcourt le pays avec son collègue pour une campagne de vaccination contre la poliomyélite. Son itinéraire est raconté dans les titres précédents de la collection, mais la communauté villageoise le découvre ici. Quand le féticheur entre en scène et se prépare à fouetter les enfants, Sarai intervient pour retenir son bras et expliquer aux villageois les véritables origines de la maladie et les bienfaits de la prévention et des vaccins. Tout se termine donc bien (sauf pour les enfants malades, car selon Sarai, la polio ne se guérit pas...). Kunkumi va bénéficier d'une école et d'un centre de soins et devenir ainsi « la cité du savoir et de la lumière ».

L'histoire est racontée avec maestria, et les illustrations renforcent son dynamisme : variations des cadrages, expressivité des visages, élégance de la mise en page avec une image pleine page et une vignette sur chaque page de texte (bien plus conséquent que dans La Recherche du savoir), entre les deux versions linguistiques ? hausa et français.

La fin est très optimiste - les villageois à travers le monde ne se laissent pas toujours convaincre aussi aisément… Les vaccinations antipolio encouragées par l'Unicef et l'OMS font l'objet de résistances, de rumeurs complotistes, voire de campagnes de boycott qui ont pu aller au Nigeria ou au Pakistan jusqu'au meurtre de membres des équipes… Pour savoir où nous en sommes aujourd'hui, voir l'article très complet sur Wikipédia. Une résistance que cet album vise à contrecarrer.

CR