Le Crayon de D’jino : un programme camerounais ludique et utile autour de l’apprentissage du dessin

Par Edmond VII Mballa Elanga et Christian Bengonon

Remise de diplômes.

Le Crayon de D’jino est un projet de formation aux techniques du dessin destiné aux enfants. Il est conçu pour les aider à améliorer leur aptitude à dessiner, tout en leur permettant de se distraire le week-end par le biais d’une activité ludique et utile. Lancé en 2003, grâce au soutien des Brasseries du Cameroun qui en assurent le financement, Le Crayon de D’jino est devenu une école saisonnière qui regroupe, chaque année, près de six cents enfants dans cinq régions du Cameroun. L’Association Irondel, spécialisée dans les formations en Arts plastiques, les droits de l’enfant et la communication sociale, encadre le projet.

La formation est divisée par niveaux en fonction des capacités des enfants. Pour intégrer le premier niveau, les tests de sélection sont organisés dans les écoles primaires et les établissements secondaires des villes qui accueillent les formations. Les enfants, âgés de 8 ans au moins et de 12 ans au plus et qui sont inscrits – à leur admission dans le projet – en classe de CM2 ou de sixième, peuvent prendre part à ces tests. La formation est entièrement gratuite. Au total, près de 15 000 enfants participent chaque année. Les élèves sont regroupés par niveaux de formation, sur la base d’examens de passage organisés à la fin de chaque édition. Actuellement, il existe sept niveaux de formation. 

Chaque samedi matin pendant six mois, les enfants vont suivre trois heures de cours avec des enseignants en arts plastiques dans les domaines du dessin, de la bande dessinée, de l’album illustré, de la peinture et, depuis 2010, de l’histoire de l’art. La formation a lieu dans les établissements scolaires partenaires des villes de Bafoussam (au Lycée classique), Buéa (au Lycée bilingue), Douala (aux lycées Akwa nord, New Bell, Bonabéri et au Collège Chevreuil), Garoua (à l’Ecole du plateau) et Yaoundé (Nkoabang au Camp artistique, École de la Gendarmerie Mobile et au Lycée de Ngoa Ekellé).

Pour accompagner cette formation, des manuels didactiques sont conçus et mis à jour chaque année. Ils portent notamment sur les techniques de dessin, de peinture, etc., mais aussi sur les principaux courants artistiques et quelques grands maîtres. Ces manuels sont distribués aux enfants grâce à l’appui financier des Brasseries du Cameroun.

Tous les cours sont supervisés par des inspecteurs de l’Association Irondel dont le rôle est déterminant. Ils suivent la formation au fil des semaines, relèvent les manquements et corrigent ce qui est du ressort de l’Association. Ils aident aussi à faire le suivi du matériel, des boissons rafraîchissantes, etc.

À la fin de chaque année de formation, une restitution des travaux est faite lors de grandes kermesses organisées dans les différentes villes. Les parents et les autorités administratives sont invités à voir des expositions de dessins, de maquettes d’albums illustrés, de planches de bandes dessinées, mais aussi à assister à des sketches, des jeux et des attractions diverses. Les travaux les plus aboutis sont publiés, comme le livre Frère-ennemi (Tropiques, 2009) réalisé par Kammo Mélachi François et Njiki Alban, ouvrage qui a été très apprécié. De même, de véritables perspectives s’ouvrent pour ces jeunes auteurs, à l’image de Kammo qui a remporté le concours de l’Association Culture Sud et qui a donc publié son deuxième album, La Fête de l'arachide (Tropiques), en octobre 2010.

Le Crayon de D’jino offre de réelles opportunités professionnelles pour tous ces jeunes passionnés de dessin et de peinture.


Étiquettes