Accueil

Takam Tikou

La revue du livre et de la lecture des enfants et des jeunes / Afrique - Monde Arabe - Caraïbe - Océan indien

Trafic d’êtres humains à Lagos

Langue : français Auteur : Josiane Marie Lucile Bossou Lieu d'édition : Dakar Éditeur : BLD Année d'édition : 2015 Nombre de pages : 98 p. Illustration : N/A Format : 18 x 15 cm ISBN : 978-2-916859-34-7 Âge de lecture : À partir de 16 ans. Prix : 2000 CFA

Attention : voici un roman pour adolescent particulièrement glaçant, par son sujet – le trafic d’êtres humains, au Nigéria – et aussi par son style, car la narration quasi clinique ne laisse la place qu’à la relation des faits bruts, sans recours aux affects, à la psychologie. Or, même si ici noms et précisions sont imaginaires, ces trafics ont eu et ont toujours une existence bien réelle…

De jeunes sénégalaises, en quête de travail, se voient proposer sur internet un emploi au Canada, avec frais de voyage payés. Elles quittent bien Dakar, mais pour se retrouver à Lagos, internées, soumises à des viols afin qu’elles tombent enceintes, puis à la prostitution, enfin à l’abandon de leur bébé, « vendu » à l’adoption par des familles européennes. Tout cela sur fond de trafic, de corruption et d’attentat islamiste (il est mentionné au passage que le désœuvrement conduit aussi à l’engagement dans des extrémismes…) Un attentat qui d’une certaine façon permettra à cette organisation criminelle d’être démasquée.

Pour être juste, l’écriture froide, distanciée de cette réalité innommable ne permet pas tout à fait au lecteur d’être touché au cœur. On peut saisir cependant l’intention de l’auteur qui n’est autre, en accumulant tant de précisions factuelles, que de mettre en garde des adolescentes d’où qu’elles soient : la crédulité, le manque d’information peuvent conduire au pire. Et ce pire n’est proprement pas imaginable. C’est ce que raconte l’ouvrage. On aura beaucoup de mal à parler d’un plaisir de lecture, d’une expérience bouleversante, tant les mots semblent vidés de leur contenu sensible. Mais sans doute, cela a-t-il un sens.

ML