Accueil

Takam Tikou

La revue du livre et de la lecture des enfants et des jeunes / Afrique - Monde Arabe - Caraïbe - Océan indien

Kanâ kanâ (Formule affectueuse en dialecte émirien)

كنا كنا

Langue : arabe Auteur : Abd Al-Aziz al-Mouslem Illustrateur : Nassim Abaian Lieu d'édition : Sharjah Éditeur : Kalimat Année d'édition : 2013 Collection : Al-silsila al-tourâthiyya = La collection patrimoniale Nombre de pages : [32] p. Illustration : Couleur Format : 28 x 23 cm ISBN : 978-9948-202-20-2 Âge de lecture : À partir de 7 ans Prix : 14 €
Un homme barbu portant un turban rouge fait un signe à un oiseau multicolore.

Un bel oiseau multicolore entre dans la maison d’un couple très pauvre. Le couple l’adopte et s’en occupe très bien. Quand le mari trouve du travail, la situation du ménage s’améliore. Le temps passant, l’homme gagne suffisamment d’argent pour s’installer à son compte. Il décide alors de partir en voyage pour acheter des marchandises qu’il revendra à son retour. Avant son départ, il recommande à sa femme de faire très attention à l’oiseau. Mais voilà, pendant que la femme nettoie la cage, l’oiseau s’envole. De retour à la maison, le marchand se met en colère, puis cherche l’oiseau partout, pendant des jours et des jours. Et il le retrouve dans le magasin d’un marchand indien. Ce dernier refuse de lui rendre l’oiseau, prétendant qu’il l’a acheté très cher et qu’il ne peut pas s’en séparer. L’homme va donc se plaindre au sultan, en espérant le gagner à sa cause. Mais le sultan veut des preuves... Il demande donc au marchand indien de parler avec l’oiseau, mais l’oiseau ne réagit pas à ses paroles. Quand arrive le tour du marchand arabe, ce dernier dit « Kanâ kanâ », une formule affectueuse en dialecte émirien. L’oiseau lui répond « Je suis à ton service ». L’homme enchaîne : « Si les gens te détestent… » Et l’oiseau conclut : « Je t’aimerais moi ». Le marchand arabe récupère donc son oiseau.

Ce conte émirien, publié dans la Collection patrimoniale de la maison d’édition Kalimat, est un bel ouvrage, très joliment illustré. Le texte de l’échange entre l’homme et l’oiseau est en dialecte émirien, le reste de l’ouvrage en arabe standard moderne. L’ouvrage s’inscrit dans la volonté de cette structure éditoriale de valoriser le patrimoine culturel émirien, parallèlement à son ouverture au patrimoine mondial.

HC