Accueil

Takam Tikou

La revue du livre et de la lecture des enfants et des jeunes / Afrique - Monde Arabe - Caraïbe - Océan indien

Adjoba et le Président

roman

Langue : français Auteur : Isaïe Biton Koulibaly Lieu d'édition : Abidjan (Côte d'Ivoire) Éditeur : Les classiques ivoiriens Année d'édition : 2013 Nombre de pages : 71 p. Illustration : N/A Format : 21 x 13 cm. Existe en eBook, en coédition avec NENA ISBN : 978-10-90625-26-6 Âge de lecture : À partir de 14 ans Prix : 2300 CFA, eBook 4,99 € sur librairienumeriqueafricaine.com
photo de jeune fille souriante, sur un fond vert

Isaïe Biton Koulibali, très populaire de par ses nombreux écrits pour adultes, auteur à ses débuts de livres pour les plus jeunes (La Légende de Sadjo et Le Destin de Bakary) livre ici, comme il le dit lui-même dans sa présentation de l’ouvrage, « un roman pour les adolescents que les adultes aiment ». Adjoba, 8 ans, est une élève surdouée, déjà au collège ; elle vit modestement avec ses parents et son petit frère dans un quartier populaire. Jusqu'au jour où les bulldozers viennent détruire sa maison, la poussant à la fuite. Sur son chemin d'errance, elle rencontre le président de la République qui l'emmène avec lui durant une journée dans son palais. S’ensuivent, dans une succession de situations et un défilé de personnages-types, découvertes et prises de conscience tant pour la petite fille qui pénètre les antres du pouvoir que pour le président qui prend la dimension de l'œuvre qu'il aura à accomplir pour relever son pays.

En effet, Adjoba rencontre les différents ministres, assiste à un de leurs conseils, participe à des visites officielles... Le président, quant à lui, écoute le franc parler d’Adjoba qui, du haut de son intelligence, pointe les dérives et les aberrations du pouvoir ; acceptant la suggestion d’Adjoba, il se fait conduire, incognito, dans un quartier populaire et touche du doigt la pauvreté de son peuple et le décalage persistant entre les discours et la réalité des conditions de vie de toute une partie de la population.

Un roman social court mais dense qui allie l’invraisemblable, pour ne pas dire le merveilleux (une enfant exceptionnelle qui a parlé dès sa naissance, une rencontre très improbable, un dénouement de conte de fées) à la fresque sociale, la dénonciation, le message – y compris, pages 39-40, la défense des bibliothèques (qui plus est connectées à Internet !) et de la lecture comme facteur de développement personnel et social, un combat cher à l’auteur (voir La Puissance de la lecture).

MD et VQ