Accueil

Takam Tikou

La revue du livre et de la lecture des enfants et des jeunes / Afrique - Monde Arabe - Caraïbe - Océan indien

[Pour la défense du mouton noir]

دفاعاً عن الخروف الأسود

Langue : arabe Auteur : Fadi Adleh Illustrateur : Fadi Adleh Lieu d'édition : Beyrouth Éditeur : ar al-Hadaek Année d'édition : 2018 Collection : Hikayat moussawwarat lil-yafi’in Nombre de pages : [24] p. Illustration : Couleur Format : 23 x 15 cm ISBN : 978-614-439-134-1 Âge de lecture : À partir de 10 ans Prix : 8,90 €
Un mouton noir entouré de moutons blancs.

Dans les prairies vertes, la vie est douce pour les moutons… Enfin, les moutons blancs. Parce que le mouton noir, le seul du troupeau, souffre le martyr : le chien aboie dès qu’il le voit, personne ne le tond alors que la chaleur de l’été est étouffante, même les enfants ne veulent pas le toucher… Une étude « scientifique » du comportement de l’animal montre qu’il est pareil à tous les autres moutons, son attitude n’est donc pas en cause. Mais force est de constater que le problème ne date pas d’hier : de quelle couleur était la voile que Thésée avait oublié de changer et qui a convaincu son père qu’un malheur était arrivé ? Et le vilain petit canard, de quelle couleur était-il ? Et le corbeau, oiseau de mauvais augure ? Les exemples ne manquent pas… Mais, écrit l’auteur, nous n’allons pas nous contenter de statuer un fait, il faut trouver une solution pour notre pauvre mouton noir ! Que faire ? La double page de fin illustre des « solutions proposées mais inutiles », qui consistent à changer l’apparence du mouton noir ou plutôt le « design » de sa robe. Le livre s’achève sur une question : « Et toi, mon cher lecteur, quel est ton avis ? ». Il est vrai que le ton décalé du texte et les touches d’humour parsemant les illustrations font sourire. La fin est certes ouverte, mais nous restons quand même sur notre faim. Doit-on se contenter de signaler le problème, et laisser chaque lecteur imaginer une solution, quitte à ne pas en trouver et à se dire que « c’est comme ça » ?... L’album a certes le mérite de poser, d’une façon nouvelle et pleine d’humour, la question de la différence au sens large et de l’association de la couleur noire à quelque chose de mauvais ; mais force est de constater qu’aucune solution n’a été trouvée au problème de notre pauvre mouton noir, destiné apparemment à souffrir…

HC