Accueil

Takam Tikou

La revue du livre et de la lecture des enfants et des jeunes / Afrique - Monde Arabe - Caraïbe - Océan indien

[La Valise]

الشنطة

Langue : arabe Auteur : Fadi Adleh Illustrateur : Fadi Adleh Lieu d'édition : Beyrouth Éditeur : Dar Al-Hadaek Année d'édition : 2018 Collection : Hikayat moussawwarat lil-yafi’in Nombre de pages : [24] p. Illustration : Couleur Format : 23 x 15 cm ISBN : 978-614-439-129-7 Âge de lecture : À partir de 10 ans Prix : 8,90 €
Des mains cherchent quelque chose dans une valise ouverte, posée sur un lit.

La valise est contente d’avoir été finalement choisie, elle en avait plus qu’assez d’être exposée dans la vitrine du marchand ! Celui qui l’a achetée a pourtant l’air triste. Il la remplit de ses affaires et les voilà à bord d’un train, avec d’autres voyageurs aux valises semblables. Après un très long voyage, l’homme et la valise arrivent dans une ville étrangère et s’installent dans un appartement. Parfois, la valise est utilisée comme table d’écriture, ou pour transporter des boîtes de conserve, mais la plupart du temps elle est rangée sous le lit, d’où elle observe le monde. Le temps passe… Et voilà qu’un enfant la découvre, l’ouvre et explore les vieilles photos, lettres, livres, billet de train « aller simple » qu’elle contient. Intervention du père, imposant, qui réprimande son fils et remet tout en place. Mais le soir venu, c’est lui qui ouvrira discrètement la valise pour regarder longuement les souvenirs qu’elle contient… Et un jour, c’est au tour du fils, devenu grand, de remplir la valise de nouveaux livres, objets et souvenirs, et de prendre l’avion vers un autre pays.

Cet ouvrage aurait pu être un album sans texte. Tout est dit dans les illustrations, le texte ne fait qu’accompagner ce que les images racontent : une histoire d’exil, de solitude, d’une nouvelle vie dans un nouveau pays… Et d’un mouvement inéluctable vers « ailleurs », puisque le fils part aussi, à son tour, avec la valise du père. Le trait précis de Fadi Adleh, son choix de couleurs (brun, gris, vert foncé, noir), ses cadrages, ses découpages, tout concourt à rendre la tristesse d’un exil, la nostalgie de l’exilé, la difficulté à créer une vie ailleurs… Un bel ouvrage, d’une puissance émotionnelle forte, qui touchera différemment les lecteurs enfants ou adolescents.

HC