Accueil

Takam Tikou

La revue du livre et de la lecture des enfants et des jeunes / Afrique - Monde Arabe - Caraïbe - Océan indien

Wameed, un projet qui donne une voix à ceux que l’on réduit au mot de “réfugiés”

Par Rémy Dahi

Tout a commencé début 2016, lors de ma rencontre avec Tarafa Sahloul. Franco-syrien comme moi, il est présent dans le rap depuis plus de quinze ans. Ensemble, nous souhaitions nous impliquer à notre manière dans le sort de notre peuple. Tarafa avait été à l’initiative du projet Amal, un album instrumental enregistré par les meilleurs compositeurs hip-hop français ; toutes les recettes de cet album avaient été reversées à l’association syrienne A Syrian Dream, qui déploie des programmes éducatifs auprès des jeunes réfugiés syriens en Turquie.

› Accédez à l'intégralité de l'article

Fatima Sharafeddine, une aventurière du livre de jeunesse entre l’Europe et le Monde arabe

Propos recueillis par Hasmig Chahinian

Fatima Sharafeddine est l’un des rares auteurs pour la jeunesse du Monde arabe à exercer ce métier à plein temps, comme un vrai choix de vie. Venue à l’écriture par passion du livre de jeunesse, elle a écrit et traduit des albums, inspirés par son désir de produire des ouvrages de qualité en langue arabe. Elle a récemment publié son premier roman pour adolescents, qui est venu bousculer les codes d’écriture de ce genre en langue arabe. Une belle réussite !

› Accédez à l'intégralité de l'article

Journal d’une idée volée : un guide de la propriété intellectuelle et artistique

Hasmig Chahinian

[Journal d’une idée volée]  يوميات فكرة مسروقةse présente comme un guide pratique, simple et clair, expliquant les droits des auteurs et illustrateurs de livres pour enfants. Rédigé en arabe, dans un ton direct, par deux avocats, Khalil Ghosn et Abd el Aziz Joumaa, illustré par « There for design, the vegan design studio », publié au Liban par Al-Khayyat al-Saghir et téléchargeable gratuitement sur Internet, ce guide vient combler un manque certain en matière d’information juridique dans le monde arabophone.

› Accédez à l'intégralité de l'article

La bande dessinée d’expression arabe de 1950 à nos jours

 Après la seconde guerre mondiale, la bande dessinée est devenue un moyen d’expression universel. Contrairement à ce que l’on a tendance à croire, le Monde arabe n’a pas échappé à ce phénomène international, mais la bande dessinée y a évolué dans des conditions différentes de celles du modèle occidental.
La première caractéristique de cette bande dessinée arabe réside dans le fait que les premières planches étaient strictement réservées aux pages de revues pour enfants déjà existantes, ce qui, en soi, constituait un obstacle à l’évolution du genre. La seconde est d’ordre culturel et géographique : si les publications étaient, dès leurs débuts, panarabes, le modèle d’influence basculait toutefois entre deux centres : le Levant (et à son centre Beyrouth) et l’Égypte, qui jouissait d’une hégémonie politique et culturelle dans la région. Le Maghreb a suivi un itinéraire différent, vue la prédominance de la langue française dans ses publications, ce qui allait limiter sa circulation panarabe.  

› Accédez à l'intégralité de l'article

S'abonner à Monde arabe