Bibliographie de l'Afrique

 Ill. de Gaspard Njock extraite de Un voyage sans retour, Nouveau monde éditions

Dans cette nouvelle proposition d’ouvrages, et comme souvent dans le domaine des albums, les animaux, héros et messagers, en images et avec humour (ou pas), figurent en bonne place d’histoires récréatives et positives en direction des plus jeunes.

Des écrivains reconnus de la littérature pour adultes – mais pas uniquement – apportent leur contribution à la littérature jeunesse, comme Véronique Tadjo avec Yao, Alain Mabanckou avec Le Coq solitaire. Et avant eux, Bernard Dadié une grande figure de la littérature africaine aujourd’hui disparue, dont il faut lire ou relire les écrits devenus des classiques (Légendes africaines). De l’autrice ivoirienne Regina Yaou, également disparue, voici Dans l’antre du loup, un roman haletant pour ados. Et aussi, de Guinée, Le Salaire de l’ingratitude, où le héros, fils ingrat, se trouve changé en chimpanzé…

Kouam Tawa au Cameroun, auteur fécond, défend avec engagement la littérature jeunesse dans son pays, par des ateliers d’écriture et des animations, ainsi que par ses écrits, notamment des albums et plus rare, une poésie inventive et séduisante (Le Bruit des fleuves).

Les contes et légendes africains, vivants, attrayants, figurent en bonne place dans cette sélection grâce à de belles rééditions, et aussi de nouvelles créations comme celles proposées par les éditions Ago au Togo autour de Koffivi Assem et KanAd. Ces dernières, engagées et désireuses par ailleurs de contrer les problèmes de diffusion, créent des bandes dessinées qui s’attachent aux contes propres à différentes cultures (Mythes et légendes africains) et à des récits à caractère historique (Si le Togo m’était dessiné…). On sourit d’avance de retourner avec Akissi à Yopougon dans Aller-retour de Marguerite Abouet.

Dans un registre beaucoup plus grave sur le thème de l’exil vers l’Europe, un bel album dont Gaspard Njock est scénariste et illustrateur, Un voyage sans retour. Grave aussi, ce sujet de l’esclavage, toujours à approfondir et à regarder en face… (L’Esclavage d’A. De Almeida Mendes et C. Thibaud).

De bonnes lectures en perspective !

› Téléchargez la bibliographie de l'Afrique au format PDF

› Accédez aux archives des bibliographies de l'Afrique


Romans

Mon petit coeur imbécile

Par Xavier-Laurent Petit

Sisanda a neuf ans, vit dans un village au Kenya et a une malformation cardiaque qui l’empêche de vivre normalement : elle ne peut ni jouer, ni courir, marche à peine, et il vaut mieux qu’elle évite les émotions fortes... Sa mère Maswala (« swala » désigne l’antilope impala en kiswahili), qui court tous les jours autour de son village « parce que ses jambes l’y poussent », découvre qu’elle pourrait obtenir beaucoup d’argent en gagnant un marathon et ainsi, faire opérer sa fille dans « le meilleur hôpital du monde ». Des chapitres courts et d’abondants dialogues rendent aisée à lire cette histoire de courage prenante, touchante, inspirée d’un fait réel : l’exploit de Chemokil Chilapong, fermière kenyane qui a pu financer la scolarité de ses enfants grâce à sa victoire au marathon de Nairobi.

› Accédez à la notice intégrale


Romans

Je suis né en prison

en hommage à Nelson Mandela

Par Bessora, Pierre Bordage, Ouaga Ballé Danaï, sous la dir. d’Edmond Mballa Elanga

Le projet éditorial est intéressant : faire écrire des histoires par des écrivains africains et français autour de la figure de Nelson Mandela. Les nouvelles sont inégales mais elles permettront aux jeunes lecteurs de découvrir ce personnage marquant de l’histoire contemporaine de façon originale : non pas sous la forme d’une biographie romancée ou d’un documentaire (il en existe de très bons), mais à travers des fictions dans lesquelles il incarne la figure de l’espoir ou de la révolte contre les discriminations et les injustices de tous ordres. Les récits réalistes ou futuristes mettent en scène de jeunes héros fort divers - blancs ou noirs, filles ou garçons, étudiants ou travailleurs clandestins, aux quatre coins du monde. Tous  vont avoir l’occasion de découvrir ce symbole et les valeurs dont il est porteur.

On signalera tout particulièrement, pour leur impact, les nouvelles de Pierre Bordage (« Maillons »), Koffi Kwahulé (« Bal masqué »), Béatrice Hammer (« Salvadora »), Ouaga-Ballé Danaï (« Comme des étoiles »), Kossi A. Komla-Ebri (« Madiba »), Boudjeka Kanto (« L’énigme 466-64 »).

Notons cependant quelques problèmes regrettables de fabrication, dans le montage des cahiers.

› Accédez à la notice intégrale


Romans

La Fille au grand coeur

Par Camara Nangala

L’écrivain ivoirien Camara Nangala offre à lire un court roman, parfaitement mené et qui porte toutes les convictions de cet écrivain engagé : générosité et respect de l’autre, ancrés dans une profonde foi chrétienne. Ama, l’héroïne, va se battre contre les rumeurs qui courent dans son école depuis que Kambiré, le meilleur dribbleur au foot, est malade. Certains laissent entendre qu’il aurait le sida. Elle va aussi aider son ami à ne pas rater son année scolaire et permettre que sa maladie soit diagnostiquée et soignée.

› Accédez à la notice intégrale


Romans

La Dernière Chance

Par Camara Nangala

Briser les « chaînes de la misère », la fatalité de l’ignorance et les tabous : c’est le message de ce récit de vie, exemplaire s’il en est. Lotioh, petite fille pauvre, assoiffée d’apprendre, livre un dur combat qui l’amène de l’accession à l’école, à sa sortie brillante de l’université et à son engagement pour qu’au village, les mentalités progressent. Les pierres n’ont pas manqué sur son chemin : pauvreté, maladie, obscurantisme du père... On retrouve ici les engagements de l’auteur en faveur de l’enseignement, de l’éducation et de l’évolution des mentalités (scolarisation des filles, excision, toute puissance du mari, du père, polygamie...). Mais un tel récit, même s’il affronte de plein fouet les grandes questions de société (en s’enlisant bien souvent dans des détails superflus), saura-t-il « emporter » les jeunes lecteurs, les filles notamment ? Pas sûr, même si l’audace n’en est pas absente. Ainsi de la « reconversion » des exciseuses du village, un beau moment de négociation (et d’argumentation chère à l’auteur), plutôt convaincant. Quant au sentiment amoureux, il est vite éludé pour de plus nobles objectifs ! Au fond, c’est peut-être un livre pour mieux armer les adultes face à leur responsabilité vis-à-vis des jeunes.

› Accédez à la notice intégrale


Romans

De mémoire d'enfant

Par Yao Akissi Kan

Des souvenirs de la première enfance, à Agboville en Côte-d’Ivoire – images, sensations, début des relations avec les plus proches (la mère, une sœur), les premiers jeux en groupe… – qui ne manquent vraiment ni de charme ni d’intérêt. Mais le texte, court, est parfois confus : l’arrivée de la narratrice à Agboville signifie-t-elle sa naissance ? Ou bien s’agit-il d’une orpheline venue par le train, comme le disent les images ? Et, surtout, l’illustration, très présente dans une maquette bien aérée et lisible, fait de la narratrice un garçon... C’est bien dommage.

› Accédez à la notice intégrale


Romans

Le Chant du dauphin

Par Lauren St. John

On retrouve Juliette, onze ans, l’héroïne de La Girafeblanche, qui vit dans une réserve animalière tenue par sa grand-mère, en Afrique du Sud. Elle part en classe de mer pour observer le « Sardine run », la grande migration des sardines au large des côtes d’Afrique du Sud et du Mozambique. Un excellent mélange de réalité (sur les animaux, en particulier les dauphins, mais aussi sur le quotidien et les relations d’une écolière…), d’aventures dont on n’a pas envie d’interrompre la lecture (tempête et robinsonnade…), et de fabuleux (un rapport au « sacré ancestral », en relation avec le don surnaturel de Juliette pour soigner les animaux). Un personnage attachant, qui a de la profondeur (si elle est douée avec les animaux, elle a bien des difficultés dans ses relations, familiales ou amicales, se met en colère, a la phobie de l’eau…), et des personnages secondaires qui ont de la consistance.

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Passou le flouministe

Par Dossou Paul Kpitime

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Les Zaventures de Moussa

Par Alihonou Julien Makejos

Une bande dessinée en noir et blanc composée de sketches humoristiques, avec des messages éducatifs parfois, autour de Moussa qui, à l’école ou à la maison, accumule les bêtises. Plein d’énergie, jouant les simples d’esprit ou les garçons espiègles, Moussa donne es répliques bizarres,  inattendues et drôles. 

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Coup de cœur

Les Trois singes

je reviendrai

Par Constantin Adadja

Comme de nombreux enfants béninois, Gildas a été envoyé au Nigeria pour payer une dette familiale. Réduit à l’esclavage, il s’est enfui en se cachant dans un camion de gravier où il est mort étouffé. Le scénario mêle habilement récit de l’annonce de son décès aux membres de sa famille avec des flash-back sur les raisons mêmes de cette tragédie.

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Solane

l'enfant sorcier

Par Ienfan Claudio

Solane, enfant intelligent et entreprenant, découvre que le pasteur et le sorcier du village sont en train de fomenter une escroquerie ; ces derniers, pour se protéger, accusent alors Solane de sorcellerie. L’accusation est grave : les villageois veulent sa mort… Si ce sujet, très important, mérite vraiment d’être abordé, l’histoire, en dépit d’un graphisme noir et blanc intéressant, minimaliste et limpide, est confuse et difficile à comprendre.

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Coup de cœur

La Petite Djily et Mère Mamou

Par Serge Diantantu

Djili n’aime pas rentrer à la maison après l’école, pas plus qu’elle n’aime les vacances… Nous apprenons pourquoi : la nouvelle femme de son père la maltraite. Cette BD met en scène une situation malheureusement fréquente, d’une manière ni appuyée ni démonstrative, par le biais d’une vraie histoire conséquente et bien ficelée, avec des dialogues et des dessins très vivants, ancrés dans la réalité de Kinshasa...

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Jolivi

du coeur au foot

Par Raymond-Bernard Gemy

Étudiante à l’université, Jolivi est amoureuse de Manu. Mais voilà qu’elle rencontre Sergio… Que faire et comment choisir entre les deux garçons ? Et bien puisqu’ils sont tous les deux footballeurs, le vainqueur du match deviendra son fiancé ! Problèmes de cœur, football, compétition : voilà des thèmes qui plairont aux jeunes lecteurs ; dommage que l’histoire, dans sa narration, ses dessins et son lettrage, peine à convaincre.

› Accédez à la notice intégrale


Premières lectures

Grosse peur pour Tiékoro

Par Marie-Florence Ehret

Les éditions maliennes Asselar reprennent trois titres, dont celuji-ci, parus en France chez Albin Michel Éducation. Il s’agit d’une série sympathique pour accompagner les premiers pas vers la lecture autonome mettant en scène une famille malienne (présentée par une « photo de famille » en première page) et, plus particulièrement, le petit Tiékoro. Des aventures de la vie quotidienne racontées avec des phrases courtes et accompagnées, à chaque page, d’illustrations en couleurs sur de grands fonds blancs. Des histoires chaleureuses qui mettent l’enfant en confiance. On pourra regretter les changements intervenus dans la maquette et le rendu des illustrations, moins nettes et plus fades.

› Accédez à la notice intégrale


Premières lectures

Promenade en camion

Par Marie-Florence Ehret

Les éditions maliennes Asselar reprennent trois titres, dont celui-ci, parus en France chez Albin Michel Éducation. Il s’agit d’une série sympathique pour accompagner les premiers pas vers la lecture autonome mettant en scène une famille malienne (présentée par une « photo de famille » en première page) et, plus particulièrement, le petit Tiékoro. Des aventures de la vie quotidienne racontées avec des phrases courtes et accompagnées, à chaque page, d’illustrations en couleurs sur de grands fonds blancs. Des histoires chaleureuses qui mettent l’enfant en confiance. On pourra regretter les changements intervenus dans la maquette et le rendu des illustrations, moins nettes et plus fades.

› Accédez à la notice intégrale